Comment gérer l’imprévu dans ses projets - Alphonse

“Mes projets ont été stoppés avec la Covid”, “C’est le pire moment pour débuter ma retraite” nous confiaient Benoît et Véronique, bientôt retraités. En 2020, la crise du coronavirus a redessiné notre quotidien. On se demande tous de quoi demain sera fait. Dans ce contexte, pas facile de se projeter et de garder la pêche. Alors, comment tracer son chemin et ses projets malgré les inattendus ? On s’est penchés sur la question.

Publié en Jan. 2021
Par Tessa Georges Tessa Georges

Jan. 2021

Tessa Georges

Tessa Georges

Rédactrice

gerer-imprevus

L’incertitude, un mal pour un bien

L’imprévu ? C’est un petit (ou un grand) événement auquel on ne s’attendait pas. “C’est quelque chose de normal et de sain” explique la psychiatre Anne Giersch. Cela nous pousse à user de gymnastiques quotidiennes pour trouver de nouvelles solutions et satisfaire notre besoin (naturel) de sécurité

Ce qui se passe avec la crise sanitaire actuelle, c’est que cette [gymnastique] on ne la trouve pas dans notre cerveau ni dans le cerveau des autres. Peu de monde sait comment tout cela va évoluer donc le sentiment d’incertitude est plus poussé et dur à maîtriser” poursuit la spécialiste. “Avec la covid, nous sommes face à la réintroduction brutale de l’incertitude dans notre vie de tous les jours. Or, le programme de la société moderne, en particulier des sociétés occidentales, c’était de réguler l’incertitude” complète le sociologue Raphaël Liogier

Le problème c’est que cela peut générer de l’anxiété, de la peur, du stress ou encore une perte de confiance en sa capacité à rebondir : bref, toute une palette d’émotions. Chacun·e de nous va réagir différemment. En effet, notre tolérance aux imprévus varie en fonction de notre histoire, de nos ressources et même de notre culture. Pour autant, il faut continuer d’avancer car comme le précise Anne Giersch : “dans l’incertitude, il y a quelque chose de positif pour l’avenir”. Alors, comment transformer ces angoisses potentielles en de formidables aubaines ?

4 astuces pour mieux appréhender les imprévus
  • 1

    Mettre des mots sur ce que vous ressentez

    La première chose à faire pour réagir au mieux est de prendre conscience des émotions inconfortables que cela génère en vous. Sentiment de frustration, impression de stagner, peur de l’inconnu… tous ces ressentis sont légitimes et les reconnaître est un premier pas pour aller de l’avant.

    Notre petit conseil : prendre quelques minutes et une feuille de papier pour noter vos colères, vos peurs ou vos autres sentiments de manière spontanée. Cela devrait vous libérer d’un poids. Et si mettre des mots sur vos maux ne vous paraît pas très naturel, la méditation peut être un bon outil pour prendre un peu de hauteur.  

  • 2

    Accepter qu’il y aura toujours des imprévus dans votre vie 

    On pense souvent que notre vie n’a de sens que si on est capable de se projeter dans un avenir que l’on a l’impression de maîtriser. Et pourtant, il peut être intéressant d’apprendre à tolérer l’incertitude : autrement dit, de lâcher-prise. Faire une petite place à l’imprévisible dans votre quotidien vous permettra de faire avancer vos projets, peu importe la météo. Pour cela, on vous invite à changer de posture, à accepter de ne pas tout savoir pour vous faire confiance. Comme le souligne le philosophe Charles Pépin, “se faire confiance, c’est se savoir capable d’accueillir l’aléa, non s’illusionner en se persuadant que la vie est prévisible”. 

    Notre petit conseil : prendre une feuille et y tracer deux colonnes. Dans la première, mettre à l’écrit toutes les questions (sur vous, vos projets ou sur le monde de manière plus générale) qui vous trottent dans la tête. Puis dans la deuxième colonne, pour chacune de ces interrogations, noter un point positif. Cela vous permettra de changer de regard sur “ces zones de flou”.

    Quelques exemples : “
    Je ne sais pas si les restaurants seront de nouveau ouverts mais le positif c’est que j’ai repris contact avec d’ancien·nes ami·es pour organiser des choses”, “Je ne sais pas si mon week-end à vélo pourra avoir lieu mais le point positif c’est que j’ai acheté tout le matériel nécessaire pour le faire”.

  • 3

    Comprendre qu’il y a des choses qui dépendent de vous et d’autres non

    On maîtrise ce que l’on tartine sur notre pain le matin mais on ne maîtrise pas toujours le reste de la journée. Pour gérer l’incertitude, il faut prendre conscience des éléments sur lesquels vous n’avez pas d’emprise (par exemple la chute de neige) et ceux sur lesquels vous pouvez agir (comme vous inscrire à des cours en ligne pour assouvir votre soif d’apprendre).

    Notre petit conseil : là aussi, pour faire le tri dans votre esprit, rien de mieux que de noter les choses auxquelles vous pensez sur une feuille via deux colonnes (éléments sur lesquels je peux agir / éléments sur lesquels je n’ai pas d’emprise).
    Là où vous pouvez agir, vous pouvez ensuite vous demander : “qu’est-ce que j’ai fait par le passé pour traverser des périodes difficiles ?” Les solutions et outils qui ont fonctionné peuvent vous être utiles à nouveau aujourd’hui.

  • 4

    Voir l’inattendu comme une occasion de clarifier vos projets

    Pour Jean-Luc, retraité aguerri, “on a besoin d’être un peu bousculés parfois pour garder le cap, se réajuster, apprendre et voir les choses autrement”.

    Qui dit imprévu dit nouveau champ des possibles
    . Cela peut être une opportunité pour (re)définir les objectifs de vos projets ou encore vous lancer de nouveaux petits défis. Effectivement, ce n’est pas parce que l’on ne peut pas tout anticiper qu’il ne faut rien prévoir. Vous fixer de nouveaux buts peut vous permettre de (re)donner du sens à votre quotidien. Là aussi, Nina, tout juste retraitée, en parle mieux que nous : “Les imprévus permettent de rester plus souples, plus ouverts, plus tolérants, plus curieux. Le tout c’est de trouver un équilibre entre quelques repères et une dose d’improvisation”.

    Notre petit conseil : imaginer différents scénarios pour chacun de vos projets. L’idée ? Réfléchir à des options en cas d’impossibilité du projet tel quel. De cette manière, vous vous préparez à accueillir les imprévus plutôt que de les subir passivement. Ainsi, vous vous mettez en condition et ne serez donc pas découragé·e lorsqu’un imprévu surgira.

N.B : Vous pouvez également demander à vos connaissances leurs petites astuces pour mieux appréhender les inattendus. Elles pourraient vous souffler quelques idées.

Pour aller plus loin
  • Un peu de lecture : Les vertus de l’échec de Charles Pépin. Un chouette livre qui invite à repenser notre vision de l’échec pour le voir comme une partie de la réussite. La phrase qui nous a fait mouche ? “Avoir raté ne veut pas dire être un raté”.

  • Un peu de cinéma : Philippe, jeune retraité, vous partage en vidéo un concentré de bons conseils, suite à son expérience, pour gérer d’éventuelles déconvenues dans vos projets. 

Vous aimeriez discuter de tout cela avec d’autres personnes retraitées ? C’est possible en cliquant sur le bouton ci-dessous : 

preparer-sa-retraite

La retraite vous angoisse ? On vous aide à y voir plus clair grâce à nos parcours personnalisés 100% en ligne.

Découvrir nos parcours

Découvrir nos derniers articles

Voici quelques unes des pépites journalistiques rédigées par Alphonse ces derniers temps

Bientôt à la retraite ?

On a créé deux parcours pour préparer cette nouvelle étape de votre vie. 100% en ligne. 100% pris en charge.

Bientôt à la retraite ?

Pour un proche ?

Un de vos proches appréhende son passage en retraite?
Parlez-lui de nos parcours, on pourrait peut-être l'aider.

Nos parcours
À partir de 55 ans

Faire le point sur sa situation

À l'issue de ce parcours, vous aurez une idée claire de votre date de départ et vous saurez exactement comment y parvenir.

Dès 2 ans avant le départ

Dessiner sa fin de carrière

À l'issue de ce parcours, vous aurez identifié ce qui est important pour vous et repartirez avec des projets concrets pour la suite.