3 bons plans pour dormir chez l’habitant(e) - Alphonse

D’un côté, vous avez envie de partir à l’aventure pour découvrir de nouvelles contrées et faire de belles rencontres. De l’autre, vous ne savez pas vraiment comment faire pour ne pas sacrifier votre tirelire sur l’autel de trop nombreuses nuits d’hôtel. La solution ? Dormir chez l’habitant(e) grâce à l’une des trois solutions que l’on a choisies pour vous.

Publié en Juil. 2023
Par David Papo David Papo

Juil. 2023

David Papo

David Papo

Rédacteur

La star des canapés

Si vous avez déjà mis le nez dans les solutions d’échange d’hospitalité, vous avez sûrement entendu parler de Couchsurfing.com. Créé en 2003, ce site a démocratisé la solution gratuite d’hébergement par un hôte, d’où la traduction littérale de son nom “surfer sur le canapé”. Il est le plus important dans le domaine avec ses 14 millions de membres (5 millions de membres actifs chaque année). Avec ses hôtes disponibles dans plus de 250 pays et plus de 200 000 villes, vous n’aurez pas de mal à trouver chaussure à votre pied (ou canapé à votre dos !). Et si Paris est la ville la plus représentée, il vous sera également facile de trouver des partenaires de danse aux 4 coins du monde : 

« Avec le couchsurfing, on se retrouve vraiment dans des situations improbables… Un soir, en Roumanie, nous logions avec ma sœur dans une famille. Nous avons fêté avec eux l’anniversaire de leur fils. Une soirée mémorable à boire des bières en écoutant du rock avec des jeunes de 20 ans ! » nous explique Pascale.

Enfin, quoi de mieux que de découvrir un nouveau pays dans la peau d’un(e) habitant(e) de la région, comme nous l’explique Solenne :

« J’ai utilisé Couchsurfing pour un voyage au Brésil. Je voyageais avec une amie et on a été accueillies par une famille (une maman et son fils de notre âge) à Salvador. C’était une expérience géniale : João nous a fait découvrir les bons coins où manger et se balader, et nous a présenté ses amis avec qui on a passé une soirée samba dans les rues de la ville. Un super souvenir ! »

Au programme
  • 1

    Vous rendre sur le site Couchsurfing.com.

  • 2

    Créer votre profil en indiquant une adresse mail et un mot de passe. Votre nom, prénom, date de naissance ainsi que votre genre vous seront ensuite demandés pour finaliser votre inscription.

  • 3

    Bon à savoir : avant 2020, le site était intégralement gratuit. Depuis la pandémie et ses conséquences économiques, le site vous demande une participation annuelle d’environ 15 euros.

    Après votre inscription sur le site Couchsurfing.com et l’acquittement de votre abonnement, vous serez amené(e) à valider votre profil. La somme de 56 euros vous sera demandé.

  • 4

    Une fois inscrit(e), vous aurez accès à l’ensemble des hôtes répertoriés sur le site. Il vous suffira de rentrer le nom de votre future destination pour consulter les profils disponibles sur place. On vous recommande d’être bien vigilant(e) à la description des hôtes pour ne pas avoir de mauvaise surprise le moment venu. Si vous souhaitez passer des nuits reposantes, on vous conseille de ne pas intégrer une colocation de jeunes noctambules.

Les plus :
– Le nombre d’hôtes et de pays représentés ;
– la qualité de l’interface du site, très facile à utiliser.

Les moins :
– L’obligation nouvelle de souscrire à un abonnement (même si les 15 euros sont dérisoires comparés aux économies que vous ferez, c’est toujours moins bien que la gratuité) ;
– plus la communauté est grande, plus les chances de tomber sur un mauvais hôte sont importantes. On vous conseille donc une nouvelle fois de bien lire la description des profils.

Le vélo, ça rapproche

Si vous êtes un(e) adepte des voyages en 2 roues, Warmshowers pourrait vous faire de l’œil. Depuis 1993, le site met en relation des passionné(e)s de vélo qui sillonnent les routes à la recherche de nouvelles rencontres. La plateforme propose une liste d’hôtes prêts à vous offrir bien plus qu’une douche chaude (traduction française de warmshower). En effet, chaque profil répertorié a ses propres conditions d’accueil : chambre privée, canapé, repas offerts ou non, nombre de places disponibles… allant même jusqu’à la possibilité d’installer une tente dans le jardin. Parfait pour se détendre les mollets tout en observant les étoiles.
Le petit plus ? Vous aurez déjà un point commun avec votre hôte : le goût pour le vélo et l’aventure, idéal pour briser la glace. C’est ce qui a plu à Zian, coach d’accompagnement chez Alphonse :

« Warmshower est vraiment simple à utiliser. Il faut faire sa recherche en fonction de son trajet grâce à une carte qui géolocalise tous les hôtes dans la région souhaitée. Pour faire votre demande, envoyez un message à la personne choisie en lui racontant un peu votre histoire. Je vous conseille d’avoir un petit discours sympa pour accrocher votre hôte dès le début.

Ensuite,  l’hébergeur accepte ou non votre demande. En général, l’été, il y a très peu de disponibilités et il faut envoyer pas mal de messages. Ne pas hésiter à s’y prendre à l’avance (de mon côté c’était 2/3 mois avant mon départ).
À la fin du séjour, on peut remercier avec une bouteille de vin ou un bon restaurant. Pour ma part, j’avais des petits bonbons mexicains que je donnais au gens ou je payais des bières.

Point important sur la propreté : il faut ranger et nettoyer après son passage. Enfin, il faut être prêt(e) pour les mauvaises surprises même si cela n’arrive pas très souvent. Une fois mon hôte n’a plus répondu le jour de mon arrivée et j’ai dû trouver un hôtel à la dernière minute (pas très confortable si on a un budget serré). Mais à part ça, c’est vraiment une chouette expérience. On rencontre des passionné(e)s comme nous, dans une démarche écologique et économique. En plus, vous trouverez même des outils et de l’aide pour réparer votre vélo en cas de besoin. »

Au programme
  • 1

    Vous rendre sur le site de Warmshowers.

  • 2

    Créer votre profil en indiquant vos informations personnelles comme votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

  • 3

    Le site internet demande une cotisation de 30 euros pour une adhésion à vie. Pour cela, il faudra donc entrer vos identifiants bancaires pour valider votre profil en vous acquittant de la cotisation.

  • 4

    Vous avez maintenant accès à l’ensemble des hôtes, tous répertoriés sur une carte du territoire : pratique pour trouver refuge sur votre itinéraire de prédilection.

Les plus :
– La force de sa communauté réunie par une passion commune : le vélo ;
– la possibilité de géolocaliser son hôte sur une carte.

Les moins :
– Communauté assez restreinte (environ 200 000 membres) ;
– une partie du site est en anglais, même si les informations importantes sont traduites en français.

Un site qui s’adresse aux femmes

Si vous êtes une femme seule ou avec des enfants, vous hésitez peut-être à dormir chez l’habitant(e), et on vous comprend. Consciente des risques et dangers courus par une femme seule sur les routes, Christina Boixière, globe-trotteuse hémérite, a crée le site NomadSister (anciennement La voyageuse). Le but ? Lancée en 2019, la plateforme met en relation des femmes qui voyagent seules avec des femmes de confiance prêtes à les héberger gratuitement, contre un abonnement annuel d’une centaine d’euros. Et la sécurité est au cœur des préoccupations de sa fondatrice :

« C’est mon expérience personnelle qui m’a conduite à cette idée. J’utilisais énormément le couchsurfing quand je voyageais seule, mais j’ai arrêté à cause de problématiques de sécurité. Beaucoup de comptes sur les sites spécialisés sont des faux, créés par des gens qui ont de mauvaises intentions. Il m’est arrivé plusieurs fois de tomber sur des personnes malveillantes », confie-t-elle avant de poursuivre :

« Je souhaite, avec Nomadsister, aider toutes les femmes du monde entier à réaliser leurs rêves de voyages au moins une fois dans leur vie ».

Et ces envies de voyage trottaient dans la tête de Dominique, ancienne participante du parcours Alphonse, lorsqu’elle a commencé à penser à sa future retraite. Elle nous raconte son expérience avec Nomadsister qui lui a permis de retrouver le goût du voyage et des rencontres

« L’année dernière, j’ai commencé à imaginer ce que serait ma retraite (en réalité, c’est pour 2024), mais je voulais y réfléchir en amont, pour ne pas me trouver au pied du mur sans savoir quoi faire. Je me disais que j’aimerais voyager, m’offrir de petits weekends, malgré mon budget restreint. Or, je suis célibataire, et j’ai constaté que j’avais le plus grand mal à me motiver pour partir seule.

Dans l’idéal, j’étais prête à rencontrer des gens. C’est ainsi qu’au fil de mes recherches sur Internet, je suis tombée sur NomadSister, un site conçu par un couple de binationaux installé à Bordeaux, qui cherche à encourager les femmes seules à voyager. Vous devenez voyageuse et/ou hébergeuse, comme vous préférez. C’est un site solidaire : le profil des personnes qui vous reçoivent est vérifié. C’est la garantie de la sécurité, et c’est la raison pour laquelle j’ai choisi NomadSister. Vous économisez, car vous n’avez pas à payer d’hébergement, et la cotisation annuelle (d’une centaine d’euros) est vite amortie. L’hôtesse vous offre un canapé, et parfois une chambre. Et vous rencontrez des gens extrêmement divers, sympas, qui vous accueillent. Bien sûr, c’est une bonne idée d’arriver avec un petit cadeau, ou de participer aux repas. Il ne s’agit pas d’exploiter votre hôtesse ! Pour ma part, je les invite au restaurant.

J’ai fait deux expériences, l’une à Fécamp et l’autre à Amsterdam. A Fécamp, je me suis beaucoup promenée avec mon hébergeuse, elle m’a fait découvrir sa région et j’ai beaucoup apprécié nos conversations. Nous sommes allées dans les villages environnants, et j’ai revu Étretat, que j’avais oublié depuis longtemps. À Amsterdam, j’ai été moins proche de mon hôtesse, qui cherchait davantage à préserver son quant à soi. Mais elle m’a donné de bonnes adresses de musées et je lui ai fait découvrir un restaurant qu’elle ne connaissait pas, juste au bout de sa rue.

Depuis l’automne dernier, NomadSister cherche à se développer à l’international, ce qui m’intéresse beaucoup. Pour l’instant, la plupart des hébergeuses sont en France, mais elles sont très nombreuses ! Il y a des hébergeuses de tous les âges et les profils sont très différents. Toutes ont en commun d’être ouvertes aux autres. Je me suis constituée une petite liste de toutes les villes que je ne connaissais pas, en me limitant aux lieux accessibles en train, mais si vous avez une voiture, vous pouvez vous retrouver en pleine campagne. Autre innovation, vous pouvez désormais voyager avec une amie ou un enfant de moins de douze ans, si votre hôtesse l’accepte.
Bref, je vous conseille de tester cette jeune application dont le concept est vraiment humaniste et innovant. Elle permet de ne pas rester seule dans son coin, et de ne pas s’empêcher de voyager en invoquant le prix ou l’isolement. Vive les nomades ! »

Au programme
  • 1

    Vous rendre sur le site NomadSister.

  • 2

    Créer votre profil : pour garantir la sécurité de ses utilisatrices, la création de votre profil se fera en plusieurs étapes. Vous devrez d’abord renseigner une adresse mail ainsi qu’un mot de passe. Un email de confirmation vous sera envoyé afin de compléter vos informations. Un scan de votre pièce d’identité sera nécessaire pour recouper les données renseignées sur le site. Enfin, un membre de l’équipe vous appellera afin de confirmer le “sérieux” de votre candidature. Cela peut paraître un peu laborieux mais évite de tomber sur des personnes mal intentionnées.

  • 3

    Vous acquitter des frais d’inscription, 119 euros par an ou 49 euros pour trois mois.

  • 4

    Vous voilà prête à parcourir les routes de France (et même d’Europe).

Les plus :
– Une plateforme créée par une femme, pour les femmes ;
– la sécurité liée à une vérification en plusieurs étapes des membres de la communauté ;
– la possibilité de voyager avec un enfant.

Les moins :
– Le site n’est réservé qu’aux femmes, mais messieurs vous avez de nombreuses alternatives ;
– les hôtesses sont majoritairement regroupées en France, même si le site commence à s’ouvrir en Europe.

Et voilà, notre tour d’horizon des solutions pour dormir chez l’habitant(e) et réaliser de précieuses économies touche à sa fin. Si vous avez déjà tenté l’une des expériences citées dans l’article ou si vous avez d’autres conseils, on est preneurs de vos retours. Vous pouvez nous les partager à l’adresse : [email protected]

Les Articles similaires

Et si vous découvriez la sophrologie Caycédienne ?

Comment prendre le train sans se ruiner ?

Comment joindre vos proches en un simple clic ?

Découvrir nos derniers articles

Voici quelques unes des pépites journalistiques rédigées par Alphonse ces derniers temps

La vie en rose ?

Chaque semaine, on écrit des articles et on vous les envoie par e-mail des infos pour profiter des dernières années de votre vie pro.

La vie en rose ?

Pourquoi Alphonse ?

Alphonse, c’est la plateforme qui vous aide à comprendre vos droits, explorer vos options de départ et dessiner des projets de retraite qui vous ressemblent.

Newsletter

Chaque semaine, les clés pour profiter de votre fin de carrière.

C’est gratuit et on gardera vos informations personnelles bien au chaud.

Newsletter