Tout comprendre sur les impôts à la retraite - Alphonse

Est-ce que je suis imposable à la retraite ?” “Mes primes de départ aussi ?” “Et quand les déclarer pour que ce soit avantageux pour moi ?” Voici les questions qui reviennent très souvent chez les participants qui suivent les parcours Alphonse. Et elles sont tout-à-fait légitimes. Pour vous aider à y voir plus clair dans ce schmilblick, on vous a concocté un résumé du fonctionnement de l’impôt sur le revenu, son impact sur vos revenus nets et quelques astuces à garder en tête.

Publié en Déc. 2021
Par Tessa Georges Tessa Georges

Déc. 2021

Tessa Georges

Tessa Georges

Rédactrice

Impôt sur le revenu : le fonctionnement

J’aimerais comprendre quelles sont les différences par rapport à l’impôt sur le revenu que j’avais quand j’étais salariée” nous demandait Nathalie il y a quelques mois.

L’impôt sur le revenu concerne les revenus des foyers et il est calculé en fonction du nombre de parts fiscales. Ce qu’il faut avoir en tête c’est que les pensions de retraite sont soumises à l’impôt sur le revenu, et le taux d’imposition est le même que pour les revenus d’un actif. Même chose pour l’abattement de 10% qui est automatiquement appliqué par l’Administration fiscale. En France, le prélèvement se passe en deux temps :
– D’abord les charges sociales et patronales comme expliqué dans notre article. C’est la fameuse différence entre le “brut” et le “net”.
– Puis viennent les revenus imposables. Depuis 2019, toutes les pensions de retraite ainsi que les rentes des régimes de retraite supplémentaire (à l’exception du PERCO) sont concernées par le prélèvement à la source. Le montant que vous percevez est donc un montant net après impôt.
Bon à savoir sur le sujet : aucune simulation ne pourra vous donner ce montant exact, car cela dépend de votre situation personnelle et des revenus que vous percevez au-delà de votre retraite. 

Comment calculer son impôt sur le revenu ?

Le taux d’imposition est progressif, c’est-à-dire qu’il augmente en fonction du niveau de revenus que vous percevez. Par exemple, voici les taux de 2021 (pour les revenus perçus en 2020 prélevés à la source) :

– Pour des revenus entre 0€ et 10 084€, le taux est de 0%.
– Pour des revenus entre 10 084€ et 25 710€, le taux est de 11%.
– Pour des revenus entre 25 710€ et 73 516€, le taux est de 30%.
– Pour des revenus entre 73 516€ et 158 122€, le taux est de 41%.
– Pour des revenus de plus 158 122€, le taux est de 45%.

Il existe quelques cas particuliers de revenus qui sont exonérés d’impôt sur le revenu.
Les voici dans le détail : 
– L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA),
– L’Allocation supplémentaire d’invalidité (ASI),
– La majoration pour assistance d’une tierce personne (MJT),
– L’Allocation personnalisée d’autonomie (APA),
– Les pensions de retraite ne dépassant pas un certain seuil (293,96 € par mois pour une personne seule), si les ressources annuelles du bénéficiaire ne dépassent pas un certain plafond (10 881,75 € pour une personne seule, 16 893,94 € pour un couple),
– La retraite du combattant, les retraites mutuelles des anciens combattants et la pension militaire d’invalidité.

Bon à savoir : pour vous faire une idée plus précise dans votre cas, le site du Service Public a mis en place un simulateur

6 informations clefs à emporter avec vous
  • 1

    Lorsque vous dépassez une tranche, le taux change seulement pour les euros qui dépassent la tranche, pas pour tout. Par exemple, si vos revenus sont de 30 000 €, ils seront imposés comme suit :
    – 0% de 0 à 10 084 €
    – 11% de 10 085 à 25 710 €, soit 1 718,75 € (11% x (25 710 – 10 085))
    – 30% de 25 711 à 30 000 €, soit 1 286,70 € (30% x (30 000 – 25 711))
    Et donc un total de 3 005,45 €.

  • 2

    En fonction de votre situation familiale (comme le nombre d’enfants à charge, si vous êtes célibataire, veuf, marié ou divorcé), vous pouvez bénéficier de “parts fiscales” en plus. 

  • 3

    Là où il y a une petite différence par rapport aux salariés, c’est au niveau des plafonds et du montant de l’abattement de 10% par l’Administration fiscale. En effet, dans le cas des pensions de retraite, la déduction minimale est de 394€ par personne et le plafond par foyer fiscal est de 3858€ par foyer (pour des montants pour 2020 et une déclaration en 2021).

  • 4

    Pour les plus de 65 ans et les personnes invalides, il est possible de déduire un abattement supplémentaire. Dans quel cas ? Si vos revenus annuels sont inférieurs à certains montants.

  • 5

    Les dépenses de maison de retraite, pour les personnes dépendantes, sont déductibles à 25 %, dans la limite de 2 500 € déduits par an, par personne hébergée. Il faut déduire du montant que vous déclarez les aides éventuellement perçues : APA et aides au logement.

  • 6

    Les dépenses d’adaptation du domicile peuvent donner droit à un crédit d’impôt (c’est-à-dire une réduction).

Et la prime de départ (indemnités de fin de carrière) dans tout cela ?

Est-ce que mes indemnités de départ sont soumises à l’impôt ? Et si oui, comment ?” nous questionnait Laurent, bientôt à la retraite.

Concernant les indemnités de fin de carrière (somme versée par l’employeur à un salarié qui part en retraite), il faut savoir qu’elles sont imposées comme tout autre revenu. Sauf dans deux cas : un départ volontaire dans le cadre d’un plan social ou alors une mise à la retraite par l’employeur (possible seulement au-delà de 67 ans dans le public et 70 ans dans le privé).

Une astuce pour ne pas faire exploser vos impôts en fin de carrière

Chez Alphonse, on essaye au maximum de comprendre quelles options de fin de carrière pourraient être judicieuses par rapport à vos envies. Et parmi celles-ci, il y en a une concernant les impôts. Dans le cas d’une prime importante perçue (et soumise à l’impôt sur le revenu) au moment de prendre votre retraite, il peut être intéressant d’étaler vos revenus pour ne pas payer trop d’impôts. L’idée est de raisonner sur deux années civiles, et d’envisager un départ au 1er février (ou au 01er avril pour bénéficier d’un trimestre supplémentaire) plutôt qu’au 1er janvier. Pourquoi ? Car le contrat de travail prend fin au 31/12 de l’année précédente et la prime sera par conséquent intégrée à la base fiscale de l’année précédente.

Prenons un exemple concret pour mieux comprendre. Celui de Bertrand qui :
– Sait déjà qu’il va toucher une prime de 30k€ nets à son départ,
– A un salaire de 50k € nets annuels,

2 schémas sont envisageables pour lui :
Le premier : s’il part au 01/10/2022
– Base fiscale 2021 = 50k (salaire)
– Base fiscale 2022 = 37,5k (salaire 9 mois) + 30k (prime) + 6k (retraite 3 mois) = 73,5k
– Base fiscale 2023 = 24k (retraite)
Les variations entre les années sont importantes et l’année 2022 risque de lui faire passer des tranches d’imposition.

Le second : s’il part au 01/02/2023
– Base fiscale 2021 = 50k (salaire)
– Base fiscale 2022 = 50k (salaire)
– Base fiscale 2023 = 4k (salaire janvier) + 23k (retraite février-déc) + 30k (prime) = 57k
Les revenus sont bien plus étalés et le niveau d’imposition devrait rester globalement stable puis diminuer en 2024 comme il n’aura plus que sa retraite.

Pour aller plus loin
  • Un peu de complément : vous vous demandez peut-être comment cela fonctionne pour les charges sociales ? Elles sont différentes de celles prélevées lors de notre vie professionnelle. Pour en savoir plus, on a écrit un article dédié avec des exemples concrets pour vous aider à y voir plus clair.

  • Un peu de lecture : lorsque l’on passe à la retraite, la peur de voir son budget dégringoler est fréquente. La bonne nouvelle ? Il existe des aides financières pour mettre un peu de beurre dans les épinards. On a écrit deux articles pour vous les présenter. C’est par ici pour avoir un tour d’horizon des principales aides et juste là pour découvrir celles qui concernent en particulier les dépenses liées à la santé.

  • Un peu de concret : vous n’êtes pas encore à la retraite et vous vous posez des questions sur la suite ? Cela tombe bien car on a créé le parcours 100% en ligne “Planifier sa fin de carrière”. L’objectif ? Vous aider à prendre en main votre situation et à faire les bons choix pour votre fin de carrière (que ce soit pour les impôts mais également pour votre date de départ de manière plus globale). Depuis sa création, on a déjà accompagné des centaines de participants. Le résultat ? Une note moyenne de satisfaction de 9,3/10. En plus, notre parcours est 100% financé par votre CPF (Compte Personnel de Formation). Vous n’avez pas à sortir le moindre sou. Vous pouvez découvrir notre parcours dans le détail par ici et voir ce que cela a apporté à d’autres personnes dans la même situation que vous.v

preparer-sa-retraite

La retraite vous angoisse ? On vous aide à y voir plus clair grâce à nos parcours personnalisés 100% en ligne.

Découvrir nos parcours

Découvrir nos derniers articles

Voici quelques unes des pépites journalistiques rédigées par Alphonse ces derniers temps

Bientôt à la retraite ?

On a créé deux parcours pour préparer cette nouvelle étape de votre vie. 100% en ligne. 100% pris en charge.

Bientôt à la retraite ?

Pour un proche ?

Un de vos proches appréhende son passage en retraite?
Parlez-lui de nos parcours, on pourrait peut-être l'aider.

Nos parcours
À partir de 55 ans

Faire le point sur sa situation

À l'issue de ce parcours, vous aurez une idée claire de votre date de départ et vous saurez exactement comment y parvenir.

Dès 2 ans avant le départ

Dessiner sa fin de carrière

À l'issue de ce parcours, vous aurez identifié ce qui est important pour vous et repartirez avec des projets concrets pour la suite.